J’ai plusieurs centaines de ruches à proximité de Fontainebleau (dans le Gâtinais français). La plupart sont fabriquées dans le Loiret (45). Elles sont de type Dadant même s’il me reste quelques ruches de type Voirnot. On y produit du miel bien sûr et on peut les équiper de trappes à pollen pour produire du pollen.

Ruches traditionnelles de type « chalet »

2 ruches traditionnelles, avec un toît chalet.

Celles-ci ont environ 50 ans !

Elles ont subies plusieurs attaques de picvert et on ne peut plus les déplacer lorsqu’elles sont peuplées.

Elles comportent 12 cadres et peuvent faire de grosses récoltes.

Il est fréquent que des oiseaux nichent sous le toit.

Ruches récentes

Voici des ruches récentes de type Dadant, avec un toit plat, bien pratique pour y poser ce que l’on veut.

Là, c’est l’enfûmoir. Lorsque l’on retire le toit tôlé, on y trouve le nourrisseur, dans lequel on peut déposer de la nourriture en cas de disette.

Il est fréquent que les coccinnelles viennent pondre entre le toit et le nourrisseur.

On peut facilement transporter ces ruches et les empiler.

J’ai un mix de ruches 10 cadres pour transhumer et 12 cadres qui sont sédentaires.

Ruchettes d’élevage

J’ai quelques centaines de ruchettes pour l’élevage de reines.

Les petits cubes colorés sont des ruchettes de fécondation de type MiniPlus. Elles permettent de facilement contrôler l’acceptation de la reine et la qualité de la ponte avant de l’introduire en ruche de production.

Les ruchettes 6 cadres permettent d’hiverner des reines. Ces colonies sont appelées à remplacer celles qui n’ont pas réussies à passer l’hiver.

Ruches en hivernage

Dans le Gâtinais, mes ruches sont regroupées sur une dizaine d’emplacements où je les rassemble pour l’hivernage.

Sur la photo de gauche, elles sont sous les acacias qui laissent passer le soleil en hiver. Sur la photo de droite, les ruches sont protégées du vent par une haie de ronces et d’arbustes.

Vous noterez que pour l’hiver, les hausses ont été retirées. Lorsque le froid arrive, il est impératif de confiner les abeilles dans un espace restreint pour qu’elles puissent le chauffer plus facilement.

C’est depuis ces endroits que je les déplace en saison pour profiter d’autres floraisons, tel que le tilleul ou le sarrasin.

Plus de photos sur mes ruches :